Livre du prophète Ésaïe 23

1
Oracle sur Tyr. Lamentez-vous, navires de Tarsis ! Car elle est détruite : plus de maisons ! plus d'entrée ! C'est du pays de Kittim que la nouvelle leur en est venue.
2
Soyez muets d'effroi, habitants de la côte, Que remplissaient les marchands de Sidon, parcourant la mer !
3
A travers les vastes eaux, le blé du Nil, La moisson du fleuve, était pour elle un revenu ; Elle était le marché des nations.
4
Sois confuse, Sidon ! Car ainsi parle la mer, la forteresse de la mer : Je n'ai point eu de douleurs, je n'ai point enfanté, Je n'ai point nourri de jeunes gens, ni élevé de jeunes filles.
5
Quand les Égyptiens sauront la nouvelle, Ils trembleront en apprenant la chute de Tyr.
6
Passez à Tarsis, Lamentez-vous, habitants de la côte !
7
Est-ce là votre ville joyeuse ? Elle avait une origine antique*, Et ses pieds la mènent séjourner au loin.
8
Qui a pris cette résolution contre Tyr, la dispensatrice des couronnes, Elle dont les marchands étaient des princes, Dont les commerçants étaient les plus riches de la terre ?
9
C'est l'Éternel des armées qui a pris cette résolution, Pour blesser l'orgueil de tout ce qui brille, Pour humilier tous les grands de la terre.
10
Parcours librement ton pays, pareille au Nil, Fille de Tarsis ! Plus de joug !
11
L'Éternel a étendu sa main sur la mer ; Il a fait trembler les royaumes ; Il a ordonné la destruction des forteresses de Canaan.
12
Il a dit : Tu ne te livreras plus à la joie, Vierge déshonorée, fille de Sidon ! Lève-toi, passe au pays de Kittim ! Même là, il n'y aura pas de repos pour toi.
13
Vois les Chaldéens*, qui n'étaient pas un peuple, Ces habitants du désert, pour qui l'Assyrien a fondé un pays ; Ils élèvent des tours, ils renversent les palais de Tyr, Ils les mettent en ruines.
14
Lamentez-vous, navires de Tarsis ! Car votre forteresse est détruite !
15
En ce temps-là, Tyr tombera dans l'oubli soixante-dix ans, Ce que dure la vie d'un roi. Au bout de soixante-dix ans, il en sera de Tyr Comme de la prostituée dont parle la chanson : –
16
Prends la harpe, parcours la ville, Prostituée qu'on oublie ! Joue bien*, répète tes chants, Pour qu'on se souvienne de toi ! –
17
Au bout de soixante-dix ans, l'Éternel visitera Tyr, Et elle retournera à son salaire impur ; Elle se prostituera à tous les royaumes de la terre, Sur la face du monde.
18
Mais son gain et son salaire impur seront consacrés à l'Éternel, Ils ne seront ni entassés ni conservés ; Car son gain fournira pour ceux qui habitent devant l'Éternel Une nourriture abondante et des vêtements magnifiques.