Livre de Job 37

1
Mon coeur est tout tremblant, Il bondit hors de sa place.
2
Écoutez, écoutez le frémissement de sa voix, Le grondement qui sort de sa bouche !
3
Il le fait rouler dans toute l'étendue des cieux, Et son éclair brille jusqu'aux extrémités de la terre.
4
Puis éclate un rugissement : il tonne de sa voix majestueuse ; Il ne retient plus l'éclair, dès que sa voix retentit.
5
Dieu tonne avec sa voix d'une manière merveilleuse ; Il fait de grandes choses que nous ne comprenons pas.
6
Il dit à la neige : Tombe sur la terre ! Il le dit à la pluie*, même aux plus fortes pluies*.
7
Il met un sceau sur la main de tous les hommes, Afin que tous se reconnaissent comme ses créatures.
8
L'animal sauvage se retire dans une caverne, Et se couche dans sa tanière.
9
L'ouragan vient du midi, Et le froid, des vents du nord.
10
Par son souffle Dieu produit la glace, Il réduit l'espace où se répandaient les eaux.
11
Il charge* de vapeurs les nuages, Il les disperse étincelants ;
12
Leurs évolutions* varient selon ses desseins, Pour l'accomplissement de tout ce qu'il leur ordonne, Sur la face de la terre habitée ;
13
C'est comme une verge dont il frappe sa terre, Ou comme un signe de son amour, qu'il les fait apparaître.
14
Job, sois attentif* à ces choses ! Considère encore les merveilles de Dieu !
15
Sais-tu comment Dieu les dirige, Et fait briller son nuage étincelant ?
16
Comprends-tu le balancement des nuées, Les merveilles de celui dont la science est parfaite ?
17
Sais-tu pourquoi tes vêtements sont chauds Quand la terre se repose par le vent du midi ?
18
Peux-tu comme lui étendre les cieux, Aussi solides qu'un miroir de fonte ?
19
Fais-nous connaître ce que nous devons lui dire ; Nous sommes trop ignorants* pour nous adresser à lui.
20
Lui annoncera-t-on que je parlerai ? Mais quel est l'homme qui désire sa perte ?
21
On ne peut fixer le soleil* qui resplendit dans les cieux, Lorsqu'un vent passe et en ramène la pureté ;
22
Le septentrion le rend éclatant comme l'or. Oh ! que la majesté de Dieu est redoutable !
23
Nous ne saurions parvenir jusqu'au Tout-Puissant, Grand par la force, Par la justice, par le droit souverain : Il ne répond pas !
24
C'est pourquoi les hommes doivent le craindre ; Il ne porte les regards sur aucun sage*.